Haut de page

Contenu

Carrefour giratoires : savez-vous les utiliser ?

publié le 7 septembre 2015 (modifié le 27 décembre 2016)

Le dossier complet pour faire le tour de la question…

Bien qu’apparus sur nos routes depuis déjà de nombreuses années, l’utilisation des carrefours giratoires à caractère prioritaire peut encore paraître compliquée à certains conducteurs.

Amélioration de la sécurité

Ces dispositifs ont plusieurs objectifs, intéressants sur le plan de l’aménagement des infrastructures et de la sécurité :
- d’une part, ils ont remplacé des carrefours "en croix" (2 routes qui se croisent) qui étaient sources d’accidents "en cisaillement" pouvant être violents dès lors qu’un usager ne respectait pas les règles de priorité. Classiquement : un véhicule coupait la route à un autre, qui le percutait de profil à grande vitesse, avec des conséquences corporelles graves ou mortelles.
- d’autre part, cette configuration permet de faire ralentir les usagers dans ces zones d’intersections et, du fait que les véhicules sont ralentis à l’entrée et roulent dans le même sens dans l’anneau, les accidents de cisaillement sont remplacés par des accrochages, beaucoup moins violents.
- enfin, ils permettent de distribuer le trafic de circulation entre les différentes routes qui composent l’intersection.

La signalisation routière

Le carrefour est pré-annoncé par un panneau directionnel "D42b", placé en amont.
Ce panneau montre par un schéma la configuration et les destinations desservies par chaque branche du giratoire.

Le panneau "AB25" prévient du changement de régime de priorité.

A l’entrée du giratoire, le panneau "AB3a" rappelle que vous devez céder le passage aux usagers qui circulent à l’intérieur de l’anneau (priorité à gauche puisque personne ne peut venir de la droite).

Une flèche "B21-1" rappelle l’obligation de contourner le terre-plein central par la droite.

Les directions sont rappelées à chaque sortie.

La réglementation

Voici ce que dit le code de la route (Articles R412-9 et 10) :

« En marche normale, tout conducteur doit maintenir son véhicule près du bord droit de la chaussée.

Toutefois, un conducteur qui pénètre sur un carrefour à sens giratoire comportant plusieurs voies de circulation peut serrer à gauche s’il prend une sortie située sur sa gauche, par rapport à son axe d’entrée.

Chaque manœuvre de changement de voie, à l’intérieur du rond-point, reste soumise aux règles de priorité et doit être signalée aux autres conducteurs ».

Le fait de ne pas respecter ces règles de circulation, dans un carrefour à sens giratoire, est puni d’une amende de 135 € et donne lieu au retrait de 3 points sur le permis de conduire.

Cependant, comme indiqué plus haut, le terme "peut serrer à gauche" du code de la route veut dire qu’il ne s’agit pas d’une obligation : si vous n’avez pas bien repéré la direction que vous devez prendre, vous pouvez rester à droite pour chercher votre sortie et faciliter votre manœuvre (flèche verte sur le schéma ci-dessous). C’est aussi le cas des PL et véhicules articulés comme expliqué plus loin.

Le clignotant : important et obligatoire

En entrant dans un giratoire, n’avez-vous jamais été gêné de ne pas savoir si le véhicule en approche allait prendre la sortie où vous êtes en attente ou continuer plus loin ?
Si vous aviez su qu’il sortait immédiatement, vous auriez alors pu vous insérer, en vérifiant bien entendu si cette insertion est possible par rapport aux autres véhicules présents.

Cette situation est simplement due au manque de communication.
Mais communiquer comment ? Grâce au clignotant !

Les Français ont tendance à relativiser de plus en plus l’importance du clignotant.
Certes, 77% des conducteurs affirment qu’il est dangereux de doubler ou tourner sans mettre son clignotant, mais dans les faits, 51% des Français l’oublient régulièrement (ils étaient 54% en 2012). [1]

Reproduire une erreur, même si « tout le monde le fait » ne la rend pas légitime !
Il faut donc rappeler que l’utilisation du clignotant est obligatoire (article R412-10 C.R.) et ce, partout en France !

Pour éviter la situation d’incompréhension ci-dessus, le clignotant doit être mis dès l’entrée du giratoire, maintenu dans l’anneau et jusqu’à la sortie (voir le schéma ci-dessous).

Le « bon usage »

Pour utiliser au mieux le dispositif et permettre la bonne distribution du trafic en améliorant la fluidité de circulation, le « bon usage » d’un giratoire peut être expliqué de la manière suivante :

Si vous rouliez dans un sens unique à deux voies de circulation et que vous deviez tourner à gauche, vous vous placeriez à gauche, après avoir vérifié que cette manœuvre est possible et avoir indiqué suffisamment à l’avance votre intention de changer de direction.

Le giratoire fonctionne sur ce principe : si on imaginait le "déplier", on retrouverait deux voies à sens unique.

Pour savoir où se placer à l’entrée, l’idée est de le couper en deux sur son axe central.
Si on sort au-delà de l’axe médian (donc à gauche de cet axe), on se place à gauche à l’entrée et on prend la voie centrale de l’anneau.
Si on sort avant l’axe médian (à droite ou en face), on reste à droite à l’entrée et dans l’anneau.

Dès lors qu’on est placé sur la voie centrale, pour emprunter la direction qui nous intéresse, on prépare "proprement sa sortie" :
- Vérifier (angles-morts),
- Informer (clignotant),
- Faire (se replacer dans la voie de droite, dès la sortie précédent la nôtre franchie).
Pour s’en souvenir, la phrase : « être "VIF" (au sens de : vivant) vaut mieux qu’être mort. »

Le point de danger se situe principalement à ce moment-là : lorsqu’on se rabat vers la droite il s’agit de ne pas couper la route ni heurter un usager qui circule sur la voie de droite.

Cette manœuvre pour changer de voie de la gauche vers la droite est considérée comme un changement de direction.
A ce titre, c’est l’usager qui change de direction qui est présumé avoir tort par rapport à celui qui roule à droite.

Suivant leur dimension, les giratoires ne comportent pas toujours deux voies matérialisées au sol.
Lors d’un accrochage ou d’un accident, suivant les circonstances, les croix cochées ou non sur le constat amiable, l’appréciation des responsabilités peut différer, les compagnies d’assurances peuvent adopter le principe d’un partage des torts.

Aussi, toutes les précautions doivent être prises avant et pendant cette manœuvre.

Ne pas prendre la tangente

Il va donc sans dire que passer le giratoire "en tangente", en entrant sur la voie de gauche, en passant au centre et en sortant en face n’est pas du tout sécuritaire, surtout que la vitesse de ce "tout droit" est de fait plus élevée que la trajectoire arrondie en suivant la géométrie de l’anneau et aboutit très souvent à des accrochages conflictuels de type "queue-de-poisson" entre les deux usagers qui voulaient emprunter la même sortie !

Dans tous les cas, il est indispensable de vérifier tout autour de soi - sans oublier dans les angles-morts en tournant la tête- que la manœuvre est possible sans danger pour les autres usagers.

Il vaut mieux refaire un tour avec toutes les précautions que de changer brutalement de direction parce qu’on vient de comprendre que notre sortie est immédiatement à droite…

Cas des véhicules de grand gabarit et des deux roues

Compte tenu de l’espace nécessaire pour leur giration et des angles-morts de vision qui les entoure, les véhicules de grand gabarit (poids-lourds, cars, utilitaires…), resteront à droite et pourront souvent avoir besoin d’empiéter sur les deux voies du giratoire.

De même, les véhicules attelés (caravane, remorque), resteront à droite pour les mêmes raisons.

Il est donc prudent de les laisser manœuvrer sans les dépasser.

Les vélos préfèreront généralement rouler à droite compte tenu de leur faible vitesse de déplacement.

Les deux roues motorisés préfèrent souvent serrer à gauche dans le giratoire car le bord droit de la chaussée est souvent plus "sale" que le centre (mécaniquement, les gravillons et autres résidus ont tendance à s’y accumuler) et ils craignent tout particulièrement les déjections de gazole par les poids-lourds -très glissantes- sur la voie de droite.

Attention aussi aux piétons qui peuvent vouloir traverser sur les passages situés à chaque branche de sortie : anticipez ce cas de figure qui vous obligerait à vous arrêter avant d’avoir entièrement quitté l’anneau, pour ne pas surprendre les usagers qui vous suivent.

Conclusion : modération et anticipation

Une fois expliqué, tout cela n’est pas très difficile. Mais le plus important est d’utiliser le carrefour en adoptant une vitesse modérée adaptée aux circonstances, en vérifiant correctement tout autour de soi et en signalant vos intentions aux autres usagers.
Dans ces conditions, tout devrait se passer du mieux possible.

[1Source : baromètre AXA des infractions routières 2013.

 
 

Pied de page